Terre Adélie, Base Dumont d'Urville - (DRV)

Localisation

Code AIGA : DRV
Localisation : Terre Adélie (Antarctique)
Organisation : Ecole et Observatoire des Sciences de la Terre (EOST)
Co-latitude : 155,665°
Latitude : 66,655°S
Longitude : 140,007°E
Altitude : 30 mètres

Instruments

Mesures absolues : Déclinomètre-Inclinomètre (EOPG D-I MAG88)
magnétomètre à protons à effet Overhauser (SM90R).
Variomètres : variomètre triaxial à vanne de flux (VFO 31)
magnétomètre à protons Overhauser (SM90R).

Enregistrement

Orientation : XYZF
Dynamique : +/- 2000 nT
Résolution : 0,1 nT
Echantillonnage interne
: 0.1 sec
Echantillonnage des données 1 sec
Filtre : 47 point (Gaussien)
(filtre numérique conforme aux spécifications Intermagnet)
Indices K : algorithme FMI

Contribution au programme INTERMAGNET

Centres de collecte de données (GIN) : PARIS
Transmissions par satellite : via Emails toutes les 12h U.T.

Quelques dates

20 janvier 1840 : découverte de la Terre Adélie par Jules Dumont d'Urville
1949 : installation de la base de Port Martin par les Expéditions Polaires Française, Missions Paul Emile Victor
1951-1952 : premières observations magnétiques à Port Martin
1952 : destruction de la base de Port Martin par un incendie et construction de la base actuelle de Dumont d'Urville située sur l'île des Pétrels.
1957 : ouverture de l'observatoire magnétique de Dumont d'Urville à l'occasion de l'Année Géophysique Internationale.

Historique

Pour l'Antarctique les premières mesures magnétiques faites à terre dans le secteur de la Terre Adélie ont été effectuées à Port Martin, base créée par les Expéditions Polaires Françaises, missions Paul Emile Victor, en janvier 1950. L'observatoire magnétique de Port Martin fonctionna jusqu'au 23 février 1952, date à laquelle la base de Port Martin fut détruite par un incendie.

Le premier observatoire de Dumont d'Urville en Terre Adélie (66°40' S-140°01' E) a été installé à l'occasion de l'Année Géophysique Internationale (AGI). Implanté sur un îlot côtier de l'archipel de Pointe Géologie en Terre Adélie, l'observatoire magnétique se composait de trois abris installés dans l'île des Pétrels à quelques centaines de mètres des bâtiments d'habitation de la base. L'un des abris, muni d'un sas d'entrée, contenait les trois variomètres et le magnétographe La Cour.
En 1972 un variomètre triaxial à vanne de flux, associé à un dispositif d'acquisition numérique a été installé à Dumont d'Urville et l'abri de mesures absolues a été déplacé et remplacé. Les références de l'observatoire ont changé à cette époque.
En 1982 les appareils de mesures absolues traditionnels (Q.H.M., B.M.Z.) ont été remplacés par le magnétomètre portable à vanne de flux pour la mesure des éléments du champ magnétique terrestre associé à un magnétomètre à protons. Bien que le pilier de mesures soit resté inchangé depuis 1973, il existe deux discontinuités dans le réseau de mesures pour la période 1980-1996 :

  • la première, en 1982, est consécutive au changement d'appareils. Le nouveau magnétomètre à vanne de flux mesure le champ magnétique sur le pilier absolu quelque dix centimètres plus haut que les anciens appareils et l'existence d'un fort gradient local de champ au niveau de l'abri de mesures introduit cette première discontinuité.
  • la deuxième, en 1995, est liée à l'utilisation d'un nouveau magnétomètre à protons dont la sonde a été également placée quelques centimètres plus haut que l'ancienne sur le pilier de mesure.

Depuis, le 20 janvier 2009, de nouvelles acquisitions 1Hz (M.A.R.Cell 1.0- Magnetic Acquisition and Recording Cell 1.0) transmettant les données via email toutes les 12HU.T. ont été mises en place.

Mesures absolues

Le pilier de mesures absolues réinstallé en 1973 est resté inchangé depuis cette date.
Les mesures absolues sont effectuées trois fois par semaine. La précision des mesures est estimée à +/-1nT pour X et Y et à 0,2nT pour F.

Variomètres

Le variomètre à vanne de flux (VFO31) et le magnétomètre à protons à effet Overhauser (SM90R) sont placés dans un abri maintenu à une température constante de 16°C.
Le variomètre triaxial a une sensibilité de 2,5 mV/nT et une dynamique de +/- 2000 nT. La stabilité à long terme est meilleure qu'un nT/mois.
Les valeurs minutes filtrées sont enregistrées à l'aide d' une acquisition numérique basée sur une architecture type PC.

Précision des données définitives

Les valeurs adoptées pour la ligne de base des variomètres sont calculées en utilisant une fonction "spline". Les valeurs des éléments calculés du champ magnétique sont finalement connues avec une précision de l'ordre de +/- 3 nT.

Publication des données

La description détaillée des équipements, les méthodes de réduction des observations et les résultats des mesures sont données dans les bulletins annuels publiés par le Bureau Central de Magnétisme Terrestre (BCMT, Paris).