Compétences et débouchés

Cette spécialité permet de construire et de mettre en œuvre un projet professionnel basé sur :

  • la maîtrise des disciplines fondamentales en sciences de l'environnement (hydrologie, géochimie, géologie, biologie, pédologie, aléas et risques naturels) à l’échelle des écosystèmes continentaux ;
  • un intégration de connaissances pluridisciplinaires nécessaires à la compréhension et à la modélisation des processus de transfert de matière dans l’environnement (eau, nutriments et polluants) ;
  • le développement de nouveaux concepts et méthodologies au service de l'analyse des risques liés aux transferts de contaminants dans un contexte de développement durable ;
  • la modélisation du comportement hydrodynamique des écosystèmes et des transferts réactifs associés (représentation conceptuelle et développement numérique) ;
  • la connaissances des principaux paramètres économiques, juridiques et institutionnels accompagnant la résolution de projets scientifiques et techniques.

 

Cette spécialité vise à former des cadres professionnels de niveau ingénieur, ainsi que des chercheurs, capables :

  • d’évaluer l’impact des activités humaines sur l’environnement ;
  • d’étudier, identifier, comprendre et proposer des solutions techniques en matière de gestion et protection de la ressource en eau au sein de milieux naturels ou pollués ;
  • de concevoir, organiser, mettre en œuvre et gérer des projets concourant à la protection et au développement de la ressource en eau, à la conservation des sols, à la gestion des déchets et à la prévention des risques naturels (inondations, transport solide et érosion de versants) ;
  • de conjuguer « savoir faire » et « savoir être » afin d’évoluer dans un contexte national et international de haut niveau ;
  • de travailler en autonomie et être capable de travailler en groupe et s’insérer dans le monde professionnel (tant dans le domaine public que privé, en milieu académique ou dans le secteur économique) ;
  • de présenter un travail de façon précise, synthétique et argumentée en utilisant les technologies multimédia, tant à l’oral, qu’à l’écrit avec différents supports ;
  • d’utiliser les nouvelles technologies de la communication et de l’information dans un but de veille technologique.

 

Mais aussi

de poursuivre par un doctorat dans un domaine de recherche portant, par exemple, sur l'analyse des transferts en hydrologie, la géochimie quantitative …

 

Quels employeurs ?

Bureaux d’études, collectivités territoriales, sociétés d’aménagement rural, éco entreprises Alsaciennes, BRGM, LYONNAISE DES EAUX, SITA, SNCF, BAYER, BURGEAP, société de service (compagnie fermière), cabinets d’expertise, organisme de recherche, organismes internationaux, ONG, INERIS, CEA, …

 

Le cursus dans le détail