Le projet IPGS retenu dans l'appel à projet "Dragon"

01 March 2012

L'Agence spatiale européenne et le Centre National d'Etudes Spatiales Chinois ont retenu le projet de l'EOST dans le cadre de l'appel à projet du programme "Dragon"

Dans le cadre du troisième appel à projets "Dragon" lancé conjointement par l'Agence Spatiale Européenne (ESA) et le Centre National d'Etudes Spatiales Chinois (NRSCC), le projet porté par l'équipe "Dynamique globale et déformation active" de l'Institut de Physique du Globe de Strasbourg, en partenariat avec des scientifiques européens et chinois, vient d'être retenu.

Doté d'un financement équivalent à 1 million d’euros durant quatre ans, sous forme d'un accès aux données de plusieurs agences spatiales internationales, le projet sera officiellement lancé lors du "Dragon symposium" qui se tiendra à Pékin du 25 au 29 juin prochains.

Il vise à étudier la "dynamique passée, présente et future des glaciers himalayens, tibétains et du Tienshan à partir d'observations spatiales et de terrain".

Le réchauffement climatique est à l’origine d'une profonde transformation des glaciers de montagne, principal contributeur des variations de masse des océans. En Himalaya, les glaciers jouent un rôle majeur dans le système hydrologique de la région, avec un fort impact sur l’économie, la sécurité alimentaire et le risque d’inondation pour 1.4 milliard d’humains.

L’étude d'un nombre limité de glaciers himalayens a révélé que, si certains d’entre eux reculent, d’autres sont stables ou avancent.  Les récentes controverses sur l’avenir de ces glaciers tel qu’évoqué dans le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat  (2007) a démontré le besoin de mesures systématiques de l'état des glaciers himalayens et de la relation entre leur évolution et le climat.

Notre projet, interdisciplinaire, vise à exploiter plus de 30 années de données spatiales archivées et provenant de nouvelles missions. Ces données seront exploitées pour quantifier les changements de vitesse d’écoulement, d’épaisseur, de masse et de caractéristiques de surface de quelques 15,000 glaciers Himalayens. Ces quatre variables sont clés pour quantifier l’évolution des glaciers himalayens et pour comprendre leur évolution en fonction du changement climatique.  L’étude aura également une portée prédictive quant à l’avenir des glaciers himalayens.

Contact : Noël Gourmelen, équipe "Dynamique globale et déformation active" de l'IPGS