Le séisme de magnitude Mw 7.9 au Népal le 25 avril 2015 : analyse

15 Mai 2015

Version actualisée au 15 mai 2015 - Un séisme de magnitude Mw 7.9 a secoué la région de Katmandou, en plein centre du Népal, le samedi 25 avril 2015 à 11h46 heure locale  (6:11 UTC ou 8 :11 heure de Paris).

Télécharger l'article complet en français / english version (versions du 15 mai).

Lire l'interview de J. van der Woerd dans le Journal du CNRS "Le séisme de Katmandou décrypté", du 29 avril 2015.

L’épicentre est localisé à mi-chemin entre Pokhara et Katmandu (N28.147 ; E84.708 d’après l’USGS) à une profondeur d’environ 15 km. La magnitude est de Mw 7.9 (Duputel et al., 2015 ; USGS) ce qui en fait l’un des plus grands séismes au Népal depuis le séisme de 1934 (Mw 8.4) (Sapkota et al., 2012 ; Bollinger et al., 2014). A ce jour, le séisme a fait plus de 8000 morts et 15000 blessés. Les dégâts sur les habitations et les routes sont nombreux, des immeubles se sont écroulés à Kathmandu. De nombreux glissements de terrain et avalanches rocheuses sont signalés jusque dans la haute chaîne de l’Himalaya. Pour mémoire le séisme de 1934 avait fait plus de 15000 victimes, le séisme plus récent de Wenquan en Chine en 2008 dans un contexte similaire (à l’Est du Tibet), avait fait 80000 victimes.

Le séisme a été suivi de nombreuses répliques. Celles-ci se répartissent sur une longueur de 150 km et une largeur de 50 km, vers l’Est de l’épicentre dans la direction de Kathmandu. Deux répliques de magnitude 6.1 et 6.6 ont eu lieu le jour même, suivi d’une réplique de magnitude Mw 6.7 le 26 avril à 150 km à l’est de l’épicentre à l’extrémité Est de la rupture. Une réplique majeure de magnitude Mw 7.2 (Duputel et al., 2015 ; USGS) a eu lieu à cet endroit le 12 mai 2015 à 12h50 heure locale suivi rapidement d’une secousse de magnitude 6.3.

Ce séisme a eu lieu le long de la zone de collision entre les plaques de l’Inde et l’Eurasie qui convergent à une vitesse d’environ 20 mm/an le long de l’Himalaya. Les contraintes accumulées par cette convergence sont relâchées périodiquement lors de séismes majeurs sur les failles du front Himalayen. Plusieurs de ces événements ont eu lieu récemment, comme le séisme du Cachemire (Mw 7.6 en 2005), le séisme de Kangra (Ms 7.8 en 1905), le séisme de l’Assam (M 8.6, 1950) ou encore le séisme de Bihar au Népal (Mw 8.4 en 1934).

Le mécanisme au foyer du séisme (solution W-Phase, Z. Duputel et L. Rivera, IPGS), comme celui de la réplique de magnitude 7.2, indique un plan chevauchant de direction N110- 120°E à pendage faible (5-10°) vers le Nord. Ce mécanisme, ainsi que la profondeur de l’hypocentre de 15 km, indiquent que ce séisme a rompu le chevauchement frontal de l’Himalaya (le Main Frontal Thrust), la faille majeur qui accommode la déformation au front de l’Himalaya. La localisation des répliques ainsi que l’interférométrie radar (voir INSU-CNRS) montrent que la faille qui a bougé n’a pas rompu jusqu’à la surface.

Les observations de localisation de la rupture (dégâts en surfaces, répartition des répliques, interférométrie) suggère que ce séisme se situe dans une lacune sismique identifiée entre les ruptures de 1934 à l’Est et 1505 à l’Ouest, segment du MFT qui n’a pas rompu depuis le séisme historique de 1344. Ainsi, de manière similaire à la séquence sismique de 1255 puis 1344, le séisme de 2015 suit celui de 1934 (avec 81 au lieu de 89 ans d’écart) (Bollinger et al., submitted Nature Communication). Le séisme de 2015 se situe par contre dans la zone du séisme de 1833, qui peut-être était plus profond, et il n’a pas rompu jusqu’à la surface, c’est-à-dire la partie la plus superficielle du MFT qui émerge 50 km au sud de Kathmandu. Il est donc probable que le séisme du 25 avril, même additionné au séisme de 1833, n’ait pas fini de relâcher l’ensemble des contraintes accumulées depuis 1344 et que un ou plusieurs autres séismes majeurs sont à attendre le long de cette partie Népalaise de l’Himalaya.

J. van der Woerd, IPGS-EOST, 15/05/2015

Liens :

References :

  1. Bollinger, L., S.N. Sapkota, P. Tapponnier, Y. Klinger, M. Rizza, J. van der Woerd, D.R. Tiwari, R. Pandey, Estimating the return times of great Himalayan earthquakes in Eastern Nepal: evidence from the Patu and Bardibas strands of the Main Frontal Thrust, Journal of Geophysical Research, doi: 10.1002/2014JB010970, 2014.
  2. Duputel, Z., L. Rivera, H. Kanamori, W-Phase source inversion results 2015/04/25 (Mw 7.9), Nepal, weblink : http://wphase.unistra.fr/events/nepal_2015/ and http://wphase.unistra.fr/events/nepal_2015_aftershock/
  3. Grandin, R. et al. Long-term growth of the Himalaya inferred from interseismic InSAR measurement, Geology 40, 1059-1062 (2012).
  4. Mugnier, J. L. et al. Structural interpretation of the great earthquakes of the last millennium in the central Himalaya. Earth-Science Reviews127, 30-47 (2013).
  5. Sapkota, S.N., et al. Primary surface ruptures of the great Himalayan earthquakes in 1934 and 1255, Nature Geoscience, 71-76 (2013).

Position des derniers grands séismes du Népal.


Figure 1 : Position des derniers grands séismes du Népal. En rosé, plan probable de rupture du séisme de magnitude 7.9 du 25 avril 2015 (répliques en blanc). En jaune, rupture du séisme du 12 mai de magnitude 7.2 (répliques en jaune). En orangé, position du séisme de 1934 et extension de la rupture le long du MFT. Crédits : fond de carte USGS.

Localisation du séisme de 2015 en A et coupe schématique du plan de rupture probable en B.

Figure 2 : Localisation du séisme de 2015 en A et coupe schématique du plan de rupture probable en B. Crédits : d’après Bollinger et al., Journal of Geophysical Research, 2014.

Séquence sismique le long du front chevauchant Himalayen.

Figure 3 : Séquence sismique le long du front chevauchant Himalayen. Le séisme du 25 avril 2015 remplit partiellement une lacune entre les séismes de 1505 et 1934. Il suit le séisme de 1934 (de 81 ans) comme probablement le séisme de 1344 a suivi le séisme de 1255 (de 89 ans) - Crédits : d’après Bollinger et al., Journal of Geophysical Research, 2014.