Une nouvelle organisation de la recherche à l’EOST en 2018

13 décembre 2017

Après la reconduction pour cinq ans de Frédéric Masson à la direction de l’EOST et de l’UMS 830 le 1er septembre 2017, ce sont les deux Unités mixtes de recherche rattachées à l’EOST qui seront partiellement réorganisées le 1er janvier 2018.

Au Laboratoire d’hydrologie et de géochimie de Strasbourg (Lhyges UMR 7517), Philippe Ackerer remplacera François Chabaux à la direction du laboratoire, Frederick Delay restant directeur adjoint.  Le nombre d’équipes passera de trois à deux :  «Biogéochimie isotopique et expérimentale» (BIsE) et «Transferts dans les hydrosystèmes continentaux : identification et modélisation» (TrHyCo).

L’IPGS verra, lui, le nombre de ses équipes augmenter avec la création de deux équipes «Dynamique globale» et «Déformation active» issues de l’actuelle équipe DGDA. La direction du laboratoire sera assurée par Laurence Jouniaux, actuellement directrice adjointe. Mathieu Schuster sera directeur adjoint. L’équipe «Dynamique de la lithosphère et des bassins sédimentaires» sera rebaptisée «Géologie océans lithosphère sédiments - GéOLS».

La recherche au LHyGeS en 2018

Le projet de recherche 2018-2022 du Lhyges centre son activité sur la réactivité et les transformations des minéraux et des espèces chimiques en solution lors de leur transfert dans les hydrosystèmes continentaux. Plus précisément, ces travaux portent sur l’identification mécaniste et la paramétrisation aux interfaces fluide-solide et fluide-fluide (non miscibles), et sur le couplage des processus de réactivité et de transformation avec le transport par le vecteur eau, notamment en phase transitoire où la compétition réaction-transfert s’exacerbe.
Ces recherches sont organisées autour de deux équipes apportant des contributions complémentaires : l’une sur les processus bio-géochimiques de la réactivité et leurs temps caractéristiques, l’autre sur les conditions de mélange et les constantes de temps des transferts complexes.
On dispose en appui des savoir-faire analytiques structurés en une plateforme, en expérimentation (de l’échelle nanométrique à l’échelle du bassin versant en passant par les colonnes/cuves de laboratoire) et en modélisation (théorie, outils numériques, analyse de sensibilité, identification de paramètres).

https://lhyges.unistra.fr/

La recherche à l’IPGS en 2018

La recherche de l’institut de physique du globe de Strasbourg (IPGS, UMR 7516) est multi-thématique en Sciences de la Terre, avec un ancrage fort et historique dans le domaine de la Terre interne. Les questionnements portent sur le fonctionnement des structures de la Terre solide, la dynamique terrestre interne et externe, les déformations récentes de la croûte terrestre à des échelles spatiales et temporelles diverses, les mécanismes de fluage et de rupture, l’origine de la sismicité, le fonctionnement des réservoirs, l’imagerie multi-échelles de la croûte, les mécanismes de l’océanisation, les systèmes et architectures sédimentaire et les mécanismes de croissance continentale.
L’IPGS est composé de cinq équipes : Sismologie, Géophysique expérimentale, Géologie Océans Lithosphère Sédiments, Dynamique globale, Déformation active, dont les responsables sont Luis Rivera, Renaud Toussaint, Gianreto Manatschal, Jean-Paul Boy et Cécile Doubre respectivement.
Les disciplines et les expertises de l’IPGS sont tout à fait pertinentes pour apporter des réponses concrètes aux enjeux sociétaux actuels tels que les besoins croissants en géo-ressources, la diversification des sources d’énergie, l’accessibilité à l’eau, les aléas naturels.

https://eost.unistra.fr/recherche/ipgs/