Compte-rendu du colloque international sur la sismicité du fossé rhénan

21 mai 2015

Un colloque international sur la sismicité du fossé rhénan, soutenu notamment par l'Université de Strasbourg et le Cercle Gutenberg, s’est tenu du 11 au 13 mai 2015 à l'EOST .

Intitulé "Major Historical Earthquakes of the Rhine Graben, Interplate - Intraplate Continental Deformation: From archives to comparative seismotectonics”, il a été organisé à l’initiative de Mustapha Meghraoui, de l'équipe Dynamique globale et déformation active de  l’Institut de Physique du Globe of Strasbourg (IPGS). Plus de 60 participants et spécialistes sismologues, tectoniciens et géologues appartenant à diverses institutions scientifiques françaises et étrangères (Allemagne, Royaume-Uni, Turquie, Israël, Suisse, Italie, USA, Nouvelle-Zélande, Hongrie, et Belgique) ont contribué à cette réunion.

L’ouverture du colloque a vu la participation de Paul-Antoine Hervieux, Vice-President délégué à la recherche de l’Université de Strasbourg, du Professeur Pierre Braunstein, président du Cercle Gutenberg, et du Professeur Ulrich Achauer, Directeur de l’IPGS.

Le programme scientifique comprenait 28 communications orales et 7 posters.

Télécharger les résumés du colloque

 

La région du Graben du Rhin, situé dans un domaine intra-continental, présente des vitesses de glissement le long des failles très faibles (< 0.5 mm/an), et des temps de retour de séisme, élevés (de l'ordre de 2500 à 10000 ans). Les données sont limitées par la durée des catalogues de sismicité, et le caractère ponctuel des données géologiques. Les questions du caractère sismique épars, en "cluster" ou séquence, associées aux probabilités d'occurrence d'un important séisme dans la région, ainsi que les modèles de risque, ont été largement débattues lors de ce colloque.

Les données

Les contributions et présentations scientifiques ont permis d'établir l'état de l'art sur la constitution et l'utilisation des catalogues allemands, français et suisses. L'objectif est de mieux déterminer les sources des séismes actuels et historiques, et constituer une base pour les modèles de l’aléa et du risque (S. Beinersdorf, W. Brüstle, A. Schlupp, D. Kaiser, A. Barth, G. Remo).

Des travaux de sismicité historique, tectonique active, paléo-sismologie (M. Meghraoui, C. Grützner, J. Hürtgen) et archéologie (P. Forlin, K.G. Hinzen) ont mis en évidence le potentiel pour l’occurrence d’un séisme fort (Mw > 6) dans le graben du Rhin. D'autres sujets sur l’identification et caractérisation des failles actives ont été discuté en considérant la collecte des paramètres de faille. Cette collecte est nécessaire pour alimenter les modèles de risque sismique et avoir une meilleure connaissance des temps de retour et magnitude maximale des séismes.

Les études géodésiques en GPS et InSAR confirment des vitesses de déplacement lentes, proches des incertitudes et des mouvements de fluctuation de la nappe phréatique (G. Ferhat), même si les incertitudes peuvent être améliorées comme présenté par T. Fuhrmann) et C. Heimlich .

Les modèles

Des modèles de l’aléa et du risque sismiques à différentes échelles ont été présentés et discutés tel que, le scenario de risque à l'échelle d'une ville (F. Donat) ou d'un site industriel (C. Clément). Le modèle ESHMs (European Seismic Hazard Maps), produit par le programme SHARE (Seismic Hazard Harmonization in Europe), a vivement été débattu. Un modèle prenant en compte l'héritage tectonique et géologique a également été présenté (R. Musson), ainsi qu'un modèle de simulation de magnitude maximum Mmax (K. Vanneste).

Ces outils sont importants pour certaines applications industrielles, en raison du risque sismique et de la sismicité induite par les installations telles que les centrales nucléaires et géothermiques. De nombreux projets comportant de telles installations sont en effet en cours dans le fossé rhénan. Ils impliquent l'instrumentation avec une grande densité de stations sismiques, ainsi que l’analyse des caractéristiques physiques et des facteurs d’échelle des séismes induits (C. Clément, J. Schmittbull, O. Lengliné, C. Doubre, T. Spies) .

Europe et comparaison à d'autres régions

La région du graben du Rhin a été présentée dans le contexte européen et la difficulté d'estimer le risque sismique dans les zones intra-continentales a été évoquée à plusieurs reprises (A. M. C. Sengör, T. Camelbeeck, E. Calais, S. Mazzotti, S. Stein).Puis certaines interventions ont permis de comparer des caractéristiques sismotectoniques, vitesse de faille et récurrence des séismes forts, d'autres régions (Italie, Nouvelle Zélande, Canada, Etats-Unis, Mer Morte, Corinthe, Istanbul)  (M. Stuchi, E. Tondi, R.M. Langridge, R. Hofstetter, S. Lambotte, M. Kazmér).

Le colloque s’est terminé avec une session de discussion générale sur le développement d’un projet sur le potentiel sismique du fossé rhénan et la continuation des travaux sur la sismicité historique, la paléosismologie et l’évaluation de l’aléa et du risque sismiques.

Par ailleurs, plusieurs propositions d’organisation du prochain colloque ont été suggérées (Milan, Paris, et Hannovre en 2016 et Bruxelles en 2017).

Elise Kali, IPGS