Colloque « La dignité du minéral – cause germanique, cause universelle »

09 février 2016

Un colloque internatiDisthène et staurotide, Pizza Forno, Tessin, Suisseonal transdisciplinaire consacré à la minéralogie dans un sens large « La dignité du minéral – cause germanique, cause universelle » se déroulera du 10 au 12 mars prochain à Strasbourg et à Klingenthal.

Organisé par Marc CLUET, Pr. ém. d’Etudes germaniques (UdS) ; Denis LEYPOLD, Conservateur du Musée de Minéralogie, EOST ; Anne FELER, MdC en Etudes germaniques (Université de Metz), Secrétaire générale de la Société Goethe de France ; Daniel LANCEREAU, philosophe (Toulouse).

Ce colloque sera inauguré le 9 mars par une exposition qui sera mise en place à la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme Alsace (MISHA), Allée du Général Rouvillois. Nous pourrons y voir les œuvres de Melissa Mayer Galbraith, artiste chargée d’enseignement à l’Académie des Beaux‑Arts de Munich en même temps que des minéraux du Musée de minéralogie.

Les conférences seront données au Château de Klingenthal, Centre de conférence de la Fondation Johann Wolfgang von Goethe, et lors de la clôture qui sera donnée le samedi matin 12 mars au Musée de minéralogie à l’Institut de Géologie, 1 rue Blessig.

 L'inauguration et les conférences sont ouvertes à tous.

Programme détaillé (pdf)

Affiche du colloque (jpg)

À un moment où la question du droit des animaux est posée avec toujours plus d’insistance,
où des biologistes découvrent l’aptitude des végétaux à (ré)agir et interagir, s’interroger sur les formes, passées ou présentes, d’antispécisme en faveur des minéraux apparaît comme un exercice logique et sensé, sous réserve qu’on s’en tienne à une démarche historique au sens large, à caractère scientifique.

Le titre principal du colloque, qui associe une notion centrale de l’anthropocentrisme tra­ditionnel au plus « bas » et moins « noble » des trois règnes de la nature, a été conçu pour interpeller.

Le sous-titre qui délimite un premier cercle d’investigation, l’aire germanophone, correspond à l’aire culturelle où le minéral fut sans doute tenu dans la plus haute estime, du XVIe siècle à aujourd’hui. (Orient excepté).